© 2017- Valérie Calvet-Bataille-  Académie Vallier 

  • Black Twitter Icon
  • Black Facebook Icon

Le cheval : un baromètre de mon état interieur

 

 

Une question qui revient le plus souvent concernant l'equicoaching, est bien sûr : "pourquoi le cheval? Qu'est-ce que cela a à voir avec ma vie?"

"On ne monte pas? mais alors, qu'est-ce que le cheval peut bien m'apporter, en dehors de l'équitation? " 

On a vu beaucoup d'articles ces derniers temps partagés sur les réseaux sociaux, qui présentaient une étude réalisée au Royaume Uni, qui démontrait que les chevaux sont sensibles et réactifs à nos expressions du visage. 

La plupart des cavaliers le savent bien, et ont observé que leur cheval voit bien si ils sourient , ou si ils ont les sourcils froncés et l'air mauvais. 

Cette étude le confirme, et c'est très bien.

Pour autant, je crois que ce qui nous interesse dans l'équicoaching est bien au delà de cela.

En effet, le cheval a un talent bien plus précieux. Il perçoit notre état interieur, comme un constat, sans jugement, et est sensible à notre congruence.

Qu'est-ce que la congruence?  Selon Carl Rogers, la congruence est l'alignement entre ce que l'on est, ce que l'on fait, et ce que l'on dit. Notre coherence interieure, en quelque sorte.

En réalité, les chevaux supportent très mal qu'on ne soit pas congruent. Ils ressentent nos dissociations et cela les inquiètent. Il réagissent alors pour s'en détourner plus ou moins vivement selon l'intensité de leur ressenti.

Et c'est précisément cette capacité qui nous interesse dans l'equicoaching: ce retour en direct sur notre état interieur.

Voici quelques exemples pour mieux comprendre ce qui se joue:

Si j'ai peur , mais que je n'ai pas conscience que j'ai peur ou que je me défends de cette idée, genre  "mais non, je n'ai pas peur, je suis la plus forte, tout va bien! " : alors le cheval le perçoit, cela l'inquiète, et il réagit en fuyant, pour m'éviter à tout prix. Plus mon incoherence est forte, plus sa réaction sera démonstrative.

Par contre, si j'ai peur, mais que j'accepte et accueille en moi cette peur, alors le cheval va être attentif, précautionneux à mon égard, et va rester près de moi. 

 

Si je suis très en colère, mais que je fais de gros efforts et que je souris du mieux que je peux, ce sera pareil: le cheval va se méfier de moi, et va s'éloigner pour se protéger. SI j'ai concience de ma colère, que je ne me raconte pas d'histoire et que je ne tente pas de donner le change aux autres, alors il va au contraire prendre soin de moi. 

 

Par son attitude à mon égard, le cheval  m'invite à me poser les bonnes questions, et prendre conscience de mon état émotionnel du moment. "Qu'est-ce qui cloche en moi? Quelle émotion reste bloquée, que je dois laisser venir , que je dois fluidifier pour ne pas brouiller les messages que j'envoie aux autres de façon non verbale? "

 

Quand je prends conscience de cela, que je me mets en lien avec le cheval, en m'ancrant, comme en méditation de pleine conscience, je ressens ce pouvoir guerisseur un peu mysterieux du cheval. Comme un echo profond qui répare mes blessures, qui m'apaise.

 

Tout cela est parfois un peu mysterieux, voire pour certain ésotérique... pourtant je le vis au quotidien avec mes chevaux, je l'observe chez mes coachés, et je me dis que les chevaux sont infiniment généreux!

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload