© 2017- Valérie Calvet-Bataille-  Académie Vallier 

  • Black Twitter Icon
  • Black Facebook Icon

Vous avez dit anti-âge? Ces suggestions qui nous sabotent à bas bruit...

Les slogans publicitaires sont autant de suggestions hypnotiques...choquant? Peut-être, mais c’est le principe même de la publicité me dirait vous...
Rappelons nous la phrase qui avait fait scandale en 2004, lorsque le PDG de TF1, à l’époque Patrick Le Lay, avait écrit dans un livre (Les dirigeants face au changement -Editions du Huitième jour):" Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective ”business”, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit (...).Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible (...) Rien n’est plus difficile que d’obtenir cette disponibilité. C’est là que se trouve le changement permanent. Il faut chercher en permanence les programmes qui marchent, suivre les modes, surfer sur les tendances, dans un contexte où l’information s’accélère, se multiplie et se banalise. "

Il s'agit bien là de techniques hypnotiques... malheureusement pas toujours utilisées pour notre bien-être et notre épanouissement personnel...
Après tout pourquoi pas, nous restons libres de couper le son pendant la pub, diront certains.
Dans les faits, cela n’est pas si simple, et ces suggestions nous atteignent souvent malgré nous, car elle se faufilent partout dans nos vies: la TV, la radio, les affiches dans la rue, dans les magazines, internet, les réseaux sociaux etc...parfois bien difficile d’y échapper. Cette omniprésence agit précisément comme autant de suggestions qui s’installent tranquillement mais sûrement dans notre inconscient.

Ces derniers temps, une suggestion m’interpelle particulièrement:
Les crèmes « anti-âge »....  si anti =contre, il s'agit donc d'une crème contre l’âge.
Tout simplement!
Nous avions jusqu’à présent les anti-rides, ou les anti-cellulite, ou les anti-rougeurs etc... qui suggérait que nous allions nous débarrasser de quelques choses jugées comme négatives: les rides, la cellulite, les rougeurs etc. Autant d’éléments identifiés comme des défauts, de la laideur.
OK
Donc si je comprends bien le principe: un anti-âge... ce serait pour se débarrasser de l’âge? L’âge perçu donc comme quelque chose de négatif, comme un défaut, une laideur? contre lequel il faudrait lutter?
Quelle suggestion! Quelle tristesse de suggérer cela!
Pourquoi ne pourrions-nous pas être heureux de vieillir? D’en porter les stigmates avec fierté, comme autant de témoignages de ce que la vie nous a donné?
Comment des jeunes peuvent-ils se projeter dans leur vie, si c’est pour aller inexorablement vers des defauts et des laideurs?
A partir de quand faudrait-il être anti-âge? Faudrait-il même grandir?

 

Le graal est-il une société de jolis petits poupons disciplinés, prêts à acheter tout et n'importe quoi les yeux fermés?
On est tombé sur la tête!

 

A lire ou relire, un ancien post: Vieillir: cauchemar ou privilège?

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload